Fragments du skate sud-américain

Fragments du skate sud-américain

Kolito Rossoti en noseblunt bomb drop dans un égout avec la casquette de Gato Silva pour l’effort d’équipe. Montevideo, Uruguay. 4 juillet 2010. 

Depuis 2001 je documente le skateboard de certaines villes de l’Amérique Latine. Ici quelques images de membres des familles de skate de l’Uruguay, du Chili, de la Colombie, du Pérou et de l’Argentine. Ce portrait est nécessairement lacunaire et ne représente pas les scènes, seulement ce que j’en ai connu.

Uruguay

 

On débute la virée avec un crew solide appelé les Daggers, en référence aux mauvais garçons du film hollywoodien de skate des années 80. C’est une particularité que j’ai noté au Pérou : les groupes de skaters ont des noms, qui ne sont pas liés à des commanditaires, quoique les noms de crews se transforment parfois en marques. Ces groupes correspondent généralement aux quartiers. Les Daggers sont un mélange particulier de sushi, rock, tatouages et ultimate fighting.

Andy Borel, crooked grind. Montevideo, Uruguay. 4 juillet 2010.

Gato Silva, ollie. Après avoir tenté à deux reprises de prendre des photos avec le groupe sans succès, lors du 4 juillet le plus chaud de l’histoire les Daggers ont tout donné, et ça l’a donné des résultats. Montevideo, Uruguay. 4 juillet 2010.

Chili

 

 

Malgré le fait que je sois allé au Chili à plusieurs reprises je n’ai pas beaucoup de photos de la scène que je considère significatives. C’est peut-être dû au fait que mon meilleur ami chilien soit le photographe de talent Lio Muñoz. Lors de nos rencontres, il doit y avoir une trêve de photographie inconsciente (hérétique ou orthodoxe).

Gabriel Roco, ollie sur les monts photogéniques de Valparaiso, Chili. Autour de 2007.

Gabriel Roco, frontside noseslide à Viña del Mar, Chili. Août 2008.

Colombie

 

Ceci est la scène la plus récente que j’aie découverte : je suis encore à l’étape exploratoire. Tout comme les trottoirs géants du quartier La Boca à Buenos Aires expliquent le skating de gaps de Diego Bucchierri, la topographie de montagne de Medellín permet de comprendre la vitesse à laquelle skate le paisa David Gonzales.

Santiago Echavarria roll-in. Medellin, Colombie. Mars 2017.

Fede Valencia half-cab frontside flip sur les pyramides du centre-ville à 8 heures un dimanche matin. Medellin, Colombie. Mars 2017.

Cristian Pineda en backside smith à Bogotá, Colombie. Août 2016.

Cristian Pineda lors d’une opération de sauvetage collectif au parc Santander. Bogotá, Colombia. Enero del 2016.

Argentine

 

Il s’agit de la première scène de skate latino-américaine que j’ai découvert (comme j’ai grandi à Lima je ne considère pas le Pérou comme tel). Grâce à l’accueil chaleureux de Buenos Aires je me suis senti chez moi dès le premier voyage (décembre 2006) et je dédie depuis la plupart de mes voyages à visiter la famille de skate sud-américaine.

Cofla, Diegue, Nacho, Marcos et Pitu avec un arrière-plan typique de la culture du stencil et de l’art de rue de Buenos Aires, Argentine. Décembre 2006.

Chami (Marcos Laprebendere) est dentiste et possède un des meilleurs styles sur une planche en Argentine. Backside noseblunt au bord de la rivière, un autre classique argentin. Buenos Aires, Argentine. Juillet 2010.

Si Chami représente le type de skater formel illustré par des compagnies comme Girl Skateboards, Pitu Lopez est le représentant par excellence du pendant Thrasher skate-rock, mouvement qu’héberge la Bond Gallery, le repère du skate, des tatouages et de la musique alternative à Buenos Aires. Pitu est une légende, étant peut-être le premier skater latino américain a avoir un trick important dans le célèbre vidéo magazine 411. Frontside ollie au bord de la rivière. Buenos Aires, Argentine. Janvier 2007.

Marco Kippes backside kickflip à vitesse démesurée. Buenos Aires, Argentine. Janvier 2007.

Miguel Angel “Cat” Barrionuevo switch backside kickflip sur le spot le plus célèbre de Buenos Aires, Argentine. 31 décembre 2006.

Pérou

 

Lima et Montréal sont mes patelins (pour moi elles forment une seule : MontréaLima). Cela explique la place importante qu’occupe ce pays dans mes archives photographiques. C’est aussi la raison pour la variété de villes et de spots. Pas d’images de la jungle péruvienne, mais la côte et la sierra sont représentées.

Julio “Chuyo” Hernandez Palomino est la légende incontestée du skate péruvien. Il est connu pour ses tournées à travers l’Amérique Latine sans le sou, durant lesquelles il dort partout, des divans des skaters locaux jusqu’aux planchers des skateparks. Ah oui, il est également un skater de feu jusqu’à ce jour, et fut durant les années 90 la référence en ce qui a trait à la progression du skate péruvien. Backside flip devant le Cinéma Mirones, dans mon quartier d’enfance. Lima, Pérou. Décembre 2001.

Ronald Gonzales a été le skater péruvien des gros handrails durant des décennies. Backside 50-50 à Miraflores avant que les policiers se pointent et qu’une bagarre éclate. Lima, Pérou. Décembre 2003.

Daniel Suarez, frontside nollie heelflip parfait devant un volcan, à côté d’une tombe. Arequipa, Pérou. Juillet 2005.

Alberto “Naranjo” Montes frontside melon sur les restes d’une maison emportée par El Niño. Mancora, Pérou. Juillet 2005.

Freddy Wong frontside kickflip. Ce canal a été construit après que El Niño ait détruit la zone. Los organos, Pérou. Juillet 2005.

Diego Rodriguez backside 360 kickflip. Precursores, Lima, Pérou, Autour de 2006.

Cristhian “Burro” Espinoza gap to backside tailslide. Miraflores, Lima, Pérou, Autour de 2006.

Juan-Carlos “Ñaño” Vidal Simionesku switch kickflip to fakie avec une board empruntée. Santa Cruz de Miraflores, Lima, Pérou, Autour de 2006.

Diego Rodriguez ollie over, manual, ollie down. Vista Alegre, Lima, Pérou, Autour de 2010.

Julio “Chuyo” Hernandez Palomino kickflip backside tailslide sur une télévision. Lima, Pérou. Janvier 2015.

Daniel Suarez backside noseblunt. San Felipe, Lima, Pérou. Janvier 2015.

Cristian Rosales, Mercello “Maik” Fernandez, Julio “Chuyo” Hernandez Palomino, Derek Paz, Jorge Farro, Daniel Suarez y Jair Campos. Skaters du passé, du présent et du futur de la scène de Lima devant le Cinéma Mirones (détruit depuis) dans le quartier de mon enfance. Lima, Pérou. Janvier 2015.