JACKALOPE 2017: un retour sur les talents

JACKALOPE 2017 : un retour sur le talent

Déjà quelques jours après la fin du JACKALOPE, il est encore difficile d’effacer le violet et l’orange festif qui ont su illuminer l’avant-dernier weekend de l’été.  Tout aussi laborieux d’oublier la combinaison éclectique d’éléments vus et vécus durant ces 3 jours d’action. Bref, tous les éléments les plus captivants et engageants placés sur un site qui permettait une vue quasi 360 degrés sur toute cette folie. Quand une chose se terminait, une autre débutait: même pas le temps de prendre une gorgée de notre Lait au Chocolat qu’on se dirigeait déjà vers une autre activité !

Un terrain de jeu sans fin et hors du conventionnel: microamitiés, sourires contagieux, boutiques locales, food trucks, activités ouvertes pour tous les âges, sans oublier la démonstration inoubliable de cette machine internationale qu’est Tony Hawk.  Ceci étant dit, il ne faut quand même pas oublier que derrière toutes ces festivités, il y a des athlètes qui prennent à coeur leur discipline, et la compétition fut féroce.

BASEJUMP

 

On part la chaîne de compétitions avec la 2e édition de la compétition JUMP OFF : si sauter du mât du Stade olympique n’est pas déjà assez impressionnant et INTENSE, ajoutez-y l’objectif d’atterrir sur une cible en plein centre du site de l’événement devant une foule en délire.  Une chose est certaine, JUMP OFF, présenté par Four Loko, gardait les bouches des spectateurs grandes ouvertes, et ce, après chaque saut. Malgré la météo et les vents forts qui n’étaient pas de notre bord pour le samedi et le dimanche, les premiers sauts du vendredi ont mis la barre haute pour le déroulement du restant du festival. On a attendu au dimanche pour faire la remise de prix pour la compétition. C’est le Canadien Phil Boisjoli qui a emporté le premier prix, suivi par ses deux amis Martin Dumas et le très inspirant Sean Lonnie, qui réussit non seulement à sauter à partir de sa chaise roulante, mais aussi de se placer sur le podium !

 

Résultats :

1. Phil Boisjoli
2. Martin Dumas
3. Sean Lonnie

SKATEBOARD

Toute personne ayant participé au JACKALOPE sait que l’événement, c’est bien plus qu’uniquement le skate. Ceci étant dit, on ne peut quand même pas s’empêcher d’associer les deux éléments, d’où l’ampleur de la compétition dans la discipline avec la Coupe du Monde Skateboard. Qui sait, le JACKALOPE sera peut-être la porte d’entrée pour les qualifications de l’équipe canadienne de skateboard au Jeux olympiques en 2020 à Tokyo ?  Restez à l’affût!

Avec l’animation faite par Dave Duncan, légende qui suit Tony Hawk depuis les 13 dernières années et qui connaît le skate comme le fond de sa poche, il était difficile de ne pas laisser sa voix rauque nous guider à travers les tricks landés par les skateurs. Sans oublier la vivacité de Phil Beauséjour, qui ajoutait la touche francophone dont nous avions besoin. La foule participative faisait quasiment partie de la gang d’athlètes, puisqu’une bonne partie de celle-ci était installée sur la même surface en pente où les skateurs se posaient pour reprendre leur souffle. Sentiment de faire partie de la team x 1000.

SKATEBOARD FEMMES

 

En ce qui a trait à la catégorie skateboard FEMMES, il est important de mentionner qu’on a eu droit cette année au plus haut taux de participation de cette catégorie depuis la toute première édition du JACKALOPE ! Une trentaine de femmes provenant de partout au Canada, des États-Unis et de la France se sont présentées pour les qualifications.
L’ambiance pendant la compétition était plutôt amicale, les filles étant toutes amies à la base. Puisque les filles sont minoritaires dans ce sport, elles ont tendance à se regrouper et à développer un esprit d’équipe, même en compétition. Elles s’encouragent durant leurs « jams » et se félicitent ensuite.
Les huit meilleures performances se qualifiaient pour aller en finale. La plupart des filles étaient épuisées puisque les finales ont eu lieu seulement 30 minutes après les qualifications, mais elles ont quand même réussi à donner tout un show! On va se le dire, on a tous pas pu se retenir de crier quand Mariah Duran a landé un gros hardflip par-dessus le bump to bar.  C’est d’ailleurs cette Américaine d’Albuquerque, Nouveau-Mexique, qui a su se démarquer parmi ses adversaires presque purement canadiennes (ainsi que quelques Françaises).  Derrière elle se trouvait Annie Guglia, skateuse montréalaise qui s’implique grandement dans la communauté de skate de sa ville, avec par exemple le All gurlz sk8 d8 qu’elle a organisé et qui s’est déroulé le jeudi 17, juste avant le JACKALOPE. En troisième, Breana Geering, 18 ans de la Colombie Britannique qui peut être fière de son premier JACKALOPE.


Podium skateboard femmes :
1 : Mariah Duran
2 : Annie Guglia
3 : Breana Geering

COUPE DU MONDE DE SKATEBOARD HOMMES

 

Dans la catégorie HOMMES, la Coupe du Monde de Skateboard a rassemblé des skateurs du Japon, de la République Tchèque, de la Suisse, des États-Unis, de la Russie, de la France, de l’Argentine (une première pour JACKALOPE), bref, une compétition où la diversité culturelle était au rendez-vous. Avec les qualifications du samedi, on pouvait déjà s’attendre à un niveau d’intensité assez élevé pour les semi-finales du dimanche. C’est le Canadien Jayden Bono qui a pris le podium et qui nous a tous rendus fiers et agréablement surpris, il s’est démarqué parmi tant de skateurs professionnels reconnus mondialement! Ce n’était que quelques points qui séparaient Bono du Tchèque Martin Pek. Pek, qui se démarque avec sa tenue classique, écouteur à l’oreille pour entrer dans sa zone. Tout un contraste mis à côté du gagnant de la 3e position, Jon Cos, qui skate le concours en faisant refléter sa personnalité, mais qui ne déçoit pas la foule ni les juges prouvant qu’il mérite bien sa place sur le podium. Au final, il était impossible de ne pas voir la chimie entre les skateurs, qui eux se croisent et re-croisent d’un événement à l’autre à travers le monde.  C’est par une douche de mousseux que les gars se sont fait féliciter sur le podium, pour ensuite mettre fin au weekend d’intensité.

 

Podium des hommes:

1. Jayden Bono – Canada
2. Martin Pek – République Tchèque
3. Jon Cosentino – Canada

SKATEBOARD 13 –

 

La compétition 13 ans et moins a également été record cette année. La présence d’une cinquantaine de jeunes n’est pas passée sous silence. Tant le volet mini rampe que le volet“street” a connu une forte participation. De quoi rendre les québécois fiers de la relève ! Âgés de 4 à 13 ans, les jeunes ont eu la chance de montrer leurs skills à une foule de spectateurs étonnés par la variété de tricks landés. Chose certaine, on va se préparer pour augmenter d’un cran la compétition de l’année prochaine !

Podium street:

  1. Léo Hamel
  2. Zavier Matthews
  3. Jacob Legault

Crédit photo: Jean-François Hamel

FIXED GEAR

 

Tout comme le festival dont il fait partie, le critérium de fixed gear du JACKALOPE en était à sa plus grosse édition! Non seulement en nombre de participants, mais aussi par le calibre des performances et le nombre de spectateurs présents pour la course.

Les coureurs avaient eu la chance de passer vendredi soir pour voir et essayer le circuit du critérium, la veille de la course. Le parcours de samedi comportait plusieurs défis techniques : les classiques d’un fixed gear crit soit des virages serrés à 180 degrés, mais aussi certains spécifiques au iBike Crit : BEAUCOUP de vent sur les lignes droites, des passages étroits, et une petite bosse dans le parcours créé par des passe-câbles en plastiques !

Puis les courses : les femmes d’abord! La communauté du fixed gear à Montréal, même si elle s’est grandement popularisée, croyez-nous 10 filles sur la ligne de départ d’un critérium, c’est beaucoup!! Le iBike Crit a attiré des coureuses de Montréal, d’Ottawa et même de Brooklyn! Lors de la course, le peloton de tête s’est rapidement séparé, marquant ainsi les différences de calibre et d’expérience des cyclistes. C’est sans grande surprise, mais toujours avec une énorme fierté que nous avons vu Raphaele Lemieux (Team iBike, gagnante du Red Hook Crit London cet été, et de la série de critériums de route Les Mardis de Lachine) remporter une première place, suivie par Chelsea Matias (Bronx, USA) et de Evelyn Sifton (Ottawa).

Dans la course des hommes, plus de la moitié des coureurs n’ont pas pu finir la course tant le calibre des “pros” était élevé! Lorsqu’un coureur se fait lapper, c’est-à-dire que le peloton de tête dépasse les coureurs qui traînaient à l’arrière, il doit quitter la course et reçoit la mention DNF (did not finish) plutôt qu’un rang au classement.  L’athlète invité Brian Megens (Fixedgearcrit.com), qui s’est d’ailleurs mérité la première place sur le podium, a amené aux gars de Montréal énormément de techniques d’attaque et de stratégie en course. C’est non seulement sa force physique, mais ses nombreuses expériences de courses à l’international qui lui ont fait remporter celle-ci. Il a été suivi de près par la deuxième place Nicolas Côté et en troisième position Addison Zawada (tous deux pour Team iBike).

Crédits photos : Gabriel Lalonde-Francoeur

ESCALADE

 

Bien que l’escalade était libre à tous grâce au mur MEC, on a quand même su faire place aux hommes et aux femmes ayant la forme physique d’olympiens nous montrer qu’ils sont les plus agiles du domaine (et aussi à quel point ils savent s’agripper à des prises quasi impossibles). À travers l’intense chaleur du weekend, ainsi que les yeux des spectateurs qui observaient chaque mouvement,  les athlètes réussissaient à atteindre leurs objectifs.

Un peu plus et on les verrait au top du mât du stade pour rejoindre les base jumpers !

FEMMES

  1. Veronique Gosselin
  2. Marielle Horstmann
  3. Emilie Pellerin

Tant de talent, de travail , de passion.

Il est juste de dire que ce fut le plus gros JACKALOPE à ce jour !

Pour les résultats détaillés, cliquez ici.